Image citation n° 27 pour Gisèle

Voici ma participation à image citation

Ici

C’est pour moi une crève cœur de ne plus avoir de chat mais ce ne serait pas raisonnable à cause de la route qui passe devant la maison et puis nous prenons de l’âge, la santé n’est pas toujours au rendez-vous et en cas de soucis personne ne prendrait en charge le minou.

gisèle chat

Ce papy me fait penser à mon grand-père paternel, un être exquis, d’une gentillesse sans limite et toujours facile à vivre.

Je le revois sur son solex partir au village d’à côté où il y avait une boucherie, c’est lui qui faisait les courses.

gilsèle 2

Atelier de Mandrine

Ecrire un texte qui commence par la phrase suivante :  Au creux de la nuit, dans l’obscurité d’un appartement aux volets clos, le clic discret d’une porte qu’on refermait perça là silence.

Au creux de la nuit, dans l’obscurité d’un appartement aux volets clos, le clic discret d’une porte qu’on refermait perça le silence.

Madame avait le sommeil léger, elle mit tous ses sens en alerte pour savoir qui s’introduisait dans son logis.

Elle n’eut pas longtemps à se poser la question, il lui suffit de tendre le bras à côté d’elle pour comprendre avant que sa porte de chambre ne s’ouvre que c’était encore son mari qui était sorti en douce.

Il avait la fâcheuse habitude de faire des escapades nocturnes pendant qu’elle dormait.
Pour la première fois elle le prenait sur le fait, il avait oublié de retirer ses chaussures ferrées. Et oui monsieur s’adonnait aux claquettes dans un club malfamé.

Devinez de qui ça allait être la fête!

bon-week-end_116

En pause.

Je vais mettre ce blog un petit peu en pause car il servait surtout à y déposer les ateliers d’écriture mais je n’en fais plus en ce moment.

Arlette n’en dépose plus et je ne veux pas en chercher ailleurs, ça prend trop de temps.

A bientôt.

Je vous laisse avec la vue de ma fenêtre de cuisine, un grand soleil aujourd’hui même si la photo date de mars dernier.

DSCN1060

Bonne année

Je vous souhaite une très bonne année  2017, quelle vous garde en bonne santé, vous apporte joie et bonheur.

Si en plus de ça il pouvait y avoir un peu moins de haine entre les peuples et de conflits dans le monde ce serait magnifique.

 

2017 6

 

anné 2017 cloche

Atelier d’écriture d’Arlette

Petit à petit l’ombre fit place à la lumière pour laisser apparaitre une forêt de stalactites, cristal éphémère que des milliers d’années avaient sculptés patiemment.

Eblouissantes statues que le géant crédule, maitre de l’univers, avait cru éternelles.

On lui avait fait miroiter un trésor exceptionnel mais un matin alors qu’il s’étirait au sortir d’un sommeil paisible toutes ses décorations avaient disparues, fondues par les rayons de l’astre solaire.

Si il trouvait l’homme en rouge avec la barbe blanche qui lui avait fait ce cadeau, c’est sur il allait crever l’abcès et demander des comptes.

 

Je profite de mon passage sur ce blog pour vous souhaiter un joyeux noël, les vœux viendront plus tard, c’est encore trop tôt.

noël enneigé

eFI4HFsM3EMv2hz5oO1JepCQ1j4

 

 

Atelier d’écriture d’Arlette

 

Comme D’habitude il faut écrire un texte avec les mots ci-dessous :

Fête – saint ou sainte – auspices – le merveilleux (utilisé comme un nom)
envisager – toucher – apporter – acheminer
mystique – protecteur ou protectrice – local ou locale – fantastique

Elle était née sous de bons auspices, mais jamais elle ne pourrait envisager de devenir sainte.

Le merveilleux  et fantastique avenir que ses parents lui destinaient, eux des mystiques de la première heure ne se réaliserait jamais.

Elle était pourtant née dans le microcosme local, sa venue apportait de la joie à tous.

Une main protectrice s’était posée au-dessus de son berceau, elle devait s’acheminer vers un bel avenir.

Oui mais un jour ce fut sa fête, on l’avait prévenue de ne pas toucher à tout ce qui remuait au-dessus de son nez, elle a  quand même gobé le ver appétissant.

Elle voyait déjà le pêcheur donner ses cuisses à sa femme pour le repas de noël, comme quoi il faut toujours obéir à ses parents.

 

0maqmb5ufms-ekdilrapmyfco6w@650x735

Atelier d’écriture de Mandrine.

Avec la première phrase de la première page d’un livre, essayer de me broder une histoire.

La phrase est :

“ A l’aube, ils tombent en masse du ciel, passent par dessus les remparts, caracolent au dessous des toits, descendent lentement entre les hautes maisons.”

Ils regardent par les fentes des persiennes sans aucune retenu. Ils sont là pour espionner les habitants et rendre compte à leur patron.

Aucun bruit, même pas le moindre souffle d’air ne laisse présumer de leur présence, ils sont aussi silencieux que les flocons d’une neige d’hiver.

A leur retour au  QG ils pourront faire leur rapport : au numéro 10 la clé de la voiture est sur la commode de l’entrée, au numéro 24 les économies sont dans le réfrigérateur, au numéro 75 la dame trompe le monsieur, heu pardon c’était pas prévu dans les observations, au 37 la cave est pleine de victuailles.

Le patron est bien renseigné par ses lutins, il pourra remplir sa hôte au lieu de la vider, c’est comme ça cette année, tout est chamboulé.

Le père noël est une “ordure” c’est pas moi qui l’ai dit.

Le%20père%20Noël%20est%20une%20ordure%20(1982)%20-%20Jean-Marie%20Poiré

Atelier D’Arlette

complice  –  destinée chaleurécume

spectacle équipage –  braises effluves  – 

mélopées   – caravane  – breuvage  –  nomade

Revenir –  répandre –   rafraichir –   verser –  ambrer, avec ces mots écrire un texte.

N’oublie pas de répandre un peu de sable sur les braises lui cria-t-il !

Les effluves de leur pique-nique improvisé embaumaient encore cette plage où ils étaient arrivés par hasard.

La chaleur s’estompait, les nomades plus loin dans l’ile improvisaient des mélopées monotones. Peut-être étaient-ils les descendants d’un équipage échoué sur cette côte.

Elle aurait voulu profiter du spectacle mais le breuvage qu’il lui avait versé avait sur elle un effet anesthésiant. Il lui avait offert un liquide ambré qui disait-il allait la rafraichir.

Elle espérait que sa trop grande confiance n’allait pas la conduire vers une destinée fatale et qu’il n’avait pas des complices cachés derrière la caravane qu’elle voyait derrière les palmiers.

Il fallait qu’elle s’échappe avant qu’il ne revienne, elle prit la direction du bateau qui flottait sur l’écume blanche mais elle entendit derrière elle, chérie où vas-tu? Tu ne vas pas te sauver le soir de nos noces.

Avait-elle épousé cet homme dont elle ne se rappelait pas, elle tomba comme une masse sur le sable doré, le rhum avait eu raison d’elle.

A consommer avec modération Clignement d'œilClignement d'œil et bonne semaine.

 

Elle est dingue.

Qui est dingue? Moi et je crois que ça n’étonnera pas grand monde.

Pourquoi? Je m’explique.

Tous les soirs je baisse les souffleries du chauffage à 17°, la nuit c’est suffisant et comme la maison est bien isolée ça ne descend jamais jusque là et le matin je les remonte.

Ce matin j’avais les sols à faire et je constate que les souffleries ne fonctionnaient pas pendant mon travail. J’étais contente car quand ça chauffe et que je remue beaucoup là je crève de chaud.

Je finis de laver et quand je rentre je trouve qu’il ne fait pas très chaud dans la maison, j’avais………….. oublié de remonter les chauffages.

Je comprends mieux pourquoi c’était long à sécher.

Monsieur JP ne s’était rendu compte de rien, il n’avait pas froid parait – il !

Un jour je me mettrai des baffes.

Bonne semaine.

Atelier d’écriture d’Arlette

Rive – Température – Aventure – Flânerie
Se glisser – Onduler – Frissonner – Jouer – S’élever   –
Nauséeux – Légère – Solitaire, écrire un texte avec ces mots.

 

Depuis qu’elle lui avait proposé de se promener  avec lui sur la rive du fleuve il rêvait d’aventures grivoises.

Il faut dire qu’elle ondulait son corps de sirène sous son nez, il sentait s’élever sa température corporelle. Même la légère brise qui venait du nord ne le faisait pas frissonner.

Elle ne voulait que musarder dans les herbes folles, une flânerie la comblait amplement. 

Allait-il se glisser près d’elle et oser la prendre par la taille? Il la savait en général solitaire et taciturne mais il se lança. Son invitation était peut-être un appel du pied.

Grand mal lui en prit, d’une gifle bien envoyée elle le fit trébucher et plouf dans l’eau.

Il ressortit de là trempé et nauséeux, il venait de recracher une grenouille qu’il avait failli avaler.

Ils reprirent leur chemin et il resta à distances, il ne jouerait plus à ce jeu là.