Concours photos

Concours photos chez Josy, le second de l’année 2017.

ici

Pour illustrer la chanson Santiano d’Hugues  Aufray une photo prise à la grande Armada de Rouen.

C’est un fameux trois-mâts fin comme un oiseau.
Hisse et ho, Santiano !
Dix huit noeuds, quatre cent tonneaux :
Je suis fier d’y être matelot.
{Refrain:}
Tiens bon la vague tiens bon le vent.
Hisse et ho, Santiano !
Si Dieu veut toujours droit devant,
Nous irons jusqu’à San Francisco.
Je pars pour de longs mois en laissant Margot.
Hisse et ho, Santiano !
D’y penser j’avais le cœur gros
En doublant les feux de Saint-Malo.
On prétend que là-bas l’argent coule à flots.
Hisse et ho, Santiano !
On trouve l’or au fond des ruisseaux.
J’en ramènerai plusieurs lingots.
Un jour, je reviendrai chargé de cadeaux.
Hisse et ho, Santiano !
Au pays, j’irai voir Margot.
A son doigt, je passerai l’anneau.
Tiens bon la vague tiens bon le vent.
{Tiens bon le cap tiens bon le flot.}
Hisse et ho, Santiano !
Sur la mer qui fait le gros dos,
Nous irons jusqu’à San Francisco

armada 2008 062

Atelier d’écriture pour Arlette

 

invitation-de-printemps

rythme – regret – chapeau – heure

ranger – respecter – découvrir – sortir

merveilleux – léger – fin (fine) – nouveau (nouvelle)

 

Encore un nouveau chapeau?

Mais non c’est celui de l’année dernière, il est fin, léger en paille tressée, souviens toi.

Je viens de le sortir  de sa boite qui dormait au grenier.

C’est merveilleux mais pas nouveau cette habitude que tu as d’essayer de me faire prendre des vessies pour des lanternes.. Tu pensais que je n’allais pas découvrir ce nouvel achat.

Ce n’est pas de ma faute, le soleil arrive et j’ai un rythme à respecter, c’est l’heure de faire chauffer la carte bleue sans regret.

Tu ferais mieux de la ranger avant confiscation définitive.

bonne semaine fleurs