Image citation n°42

 

 

Pour Gisèle ma participation à image citation :

Les coquelicots poussent à foison dans mon jardin, les feuilles sont déjà là, tout est en avance cet année.

Dans le village les magnolias sont en fleurs avant les forsythias c’est inhabituel.

Ne parlons pas des jonquilles qui sont déjà presque en fin de vie.

 

imgp9128_thumb

Je suis de moins en moins présente sur ce blog.

Image citation n° 41

 

Pour Gisèle image citation n° 41

lehardydeb-16_thumb

Le renard est souvent décrié, il vole, il transmets la rage mais sa réputation est un peu surfaite.

Je le trouve malin, expressif avec ses yeux en bille de verre et surtout la rage est presque éradiquée en France donc on lui laisse son territoire et sa liberté.

Sans ces prédateurs naturels la nature seraient envahies d’autres animaux qui ne sont pas meilleurs et il faut respecter la chaine alimentaire pour que l’équilibre se fasse.

Vis ta vie belle boule de poil et attention aux voitures en traversant les routes.

Atelier D’Arlette n°25

 

 

G0yYSU9Zfd_FoJjlJKI9usDdlME

Faites moi une belle soupe d’automne avec le plus de mots possible,  qui peuvent être à la fois des noms de plantes, de fleurs et des couleur qui peuvent être aussi, parfois, des prénoms.

 

Anémone  devant ses fourneaux concoctait cette soupe automnale qui faisait sa réputation.

Dans l’eau bouillante les légumes dansaient la sarabande au rythme des flammes bleues du gaz sous la casserole.

Les carottes oranges, les pommes de terre pâlichonnes, les poireaux d’un vert profond et les autres fondaient doucement en laissant leurs arômes dans le bouillon odorant.

Sur le plan de travail les navets violets, l’ail, le persil, les herbes aromatiques, le poivre noir et le sel bien blanc criaient en coeur, et nous et nous tu nous as oubliés.

D’une main assurée ils furent rajoutés, l’oubli était réparé.

Réunis autour de la table dressée sur une nappe à carreaux rouges, Papy Paul et mamie Jacqueline attendaient avec impatience la première louche de ce nectar qui leur rappellerait leur enfance.

Atelier d’Arlette n°24

 

Équilibre – pied de guerre – aguets – confiance – éclat de rire –
sonore – gracile – granité – éprouvant – merveilleux
humer – bousculer – éparpiller – lécher – ébouriffer

Scènes de la vie ordinaire

En équilibre sur le mur le gamin observait à la dérobée la demoiselle à la silhouette gracile qui léchait délicatement le granité à l’orange qui commençait à fondre au fond du pot en carton.

Son éclat de rire sonore avait mis aux aguets les oiseaux  du jardin qui s’éparpillèrent en un merveilleux nuage coloré.

Le chien de la famille humait l’air, son rôle de gardien était éprouvant par cette chaleur écrasante.

Un  fumet de viande vint caresser sa truffe, il courut en toute confiance vers la maison ou la maitresse de maison  l’attendait.

D’un geste de la main elle ébouriffa sa toison frisée. Fini le moment d’être sur le pied de guerre, il pouvait relâcher son attention et bousculer tout sur son passage pour se rempli la panse.

C’est là que le gamin sauta dans le jardin pour rejoindre son amie sans craindre le cerbère de service.

 

Atelier n° 23 pour Arlette

 

Faire un texte avec des mots se terminant par « X »
au
SINGULIER.

Pas d’adjectifs tels que rugueux, baveux, fougueux ou autres.
Que des noms!

Dans le noir du bureau les diodes de la box clignotaient, Max le voleur aux yeux de lynx  opérait sans lumière. Sa torche en inox ne lui servait que comme  moyen de défense.

Ses aïeux, monte en l’air de père en fils avait la même technique.

Il n’avait jamais de remord mais le crucifix accroché au mur le mettait mal à l’aise.

Il fit à la dérobée un rapide signe de croix pour se dédouaner.

Sur le bureau trônait  un bouquet de phlox et un annuaire des rues de Bordeaux ou peut-être d’Aix, pas facile à dire dans la pénombre.

Il sortit son appareil photo réflex pour garder des traces  des objets de valeur pour son complice  qui lui savait reconnaitre le vrai du faux.

et c’est là que deux  flics du commissariat du bout de la rue entrèrent, l’un semblait faire une pub pour une cure de botox tellement ses traits étaient tirés et l’autre semblait sortir d’une cure de désintox.

Max n’eut aucun mal à se débarrasser des deux ripoux en filant par l’escalier de secours.

Ceux qui l’auraient n’étaient pas encore nés.

 

Bonne semaine.

 

 

 

 

 

Atelier 22 pour Arlette

 

amie – weekend – monotonie – anecdotes –
réserver – entendre – incruster – raconter – pouvoir
catimini

La monotonie des  week – end d’hiver était brisée par les anecdotes que le grand-père racontait d’une voie monocorde à ses petits-enfants.

En catimini mamie  s’adossait au chambranle de porte pour l’entendre parler de ses amies d’enfance, de leurs jeux dans les champs couverts de fleurs sauvages.

Elle s’incrustait là toutes les semaines et se demander si un jour elle allait pouvoir oser lui demander si parmi elles il avait eu un amour de jeunesse.

Elle avait toujours été réservée mais la question lui brulait  les lèvres, fallait – il briser l’idée qu’elle avait d’avoir toujours été la seule et l”unique.

Ce n’est pas encore ce soir là qu’elle sauterait le pas.

Tu  nous entends la mère, apporte nous à boire?

Elle sursauta et repris ses tâches ordinaires.

Atelier d’Arlette n°21

 

Cavalcade – cabri – aboutissement – folie
causer – échafauder – révéler – rompre
limpide – secret – furtif – ivre
~

 

C’est quoi cette cavalcade au-dessus de ma tête , on croirait entendre un troupeau de cabris.

C’est toi Anatole, tu es encore rentré complètement ivre après une nuit de folie dans les bars du coin.

Descends tout de suite et arrêter de causer à tort et à travers, tu ne fais que révéler tes turpitudes.

C’est un secret pour personne que tu passes ton temps à échafauder des plans pour rompre ton serment de rester sobre.

Tout est limpide pour moi, jamais cette cure de désintoxication n’aura d’aboutissement, inutile de jeter un regard furtif vers la porte, tu ne m’échapperas pas.

Je fais ta valise et oust dehors pilier de comptoir.

Image citation

 

 

Ma participation à image citation n° 39 de Gisèle

marronniers 2

p7130090_thumb

Je vous souhaite un très bon week-end, ce samedi a commencé avec le soleil et se termine avec la grisaille en attendant la pluie annoncée.

Atelier d’écriture d’Arlette n°20.

chouette – clef – entrain – fardeau – manque
demain – permanent – banal
abattre – presser – profiter – démoraliser 

 

Une bestiole avec entrain cherchait ses clefs au fon de son sac.

C’était permanent chez elle de tout perdre, hier, aujourd’hui, demain toujours la même rengaine.

Elle n’allait quand même pas faire abattre son chêne pour pouvoir accéder à son nid.

Elle était pressée, elle avait profité de l’absence de monsieur hibou pour aller chez le psy se débarrasser du fardeau qui gâchait sa vie.

Une rapace démoralisée c’était pas banal mais elle souffrait d’un manque d’affection et encore plus  depuis qu’elle avait entendu dire que monsieur hibou était toujours content parce-que sa femme était chouette.

Elle ressentait un peu de jalousie.

 

Sans titre 1